"L'âme sera d'autant plus ferme,
Plus hardi le cœur,
Plus grand le courage
Que diminue notre force."

> Poèmes héroïques du vieil-anglais
> La Bataille de Maldon
> Traduction de André Crépin

° ° ° ° ° °

masque

° ° ° ° ° °

Il y a peu de temps, j'ai retrouvé des journaux intimes que j'écrivais quand j'étais au collège...

Outre le fait que j'étais prétentieuse, égoïste, stupide et que je m'exprimais mal, j'ai pu retrouver quelques souvenirs et anecdotes assez sympathiques que ma mémoire avait perdus.

Voici un extrait qui m'a rappelé que l'une de mes profs de français, en plus d'être ennuyeuse et de se tripoter un peu partout (je vous passe les détails) ne cessait de nous raconter sa vie :

"Ma prof de français a vraiment trop de mal ! Aujourd'hui, on a étudié un texte débile (une autobiographie). Le mec disait qu'il se souvenait des scoubidous et des pubs de shampoing Dop (aucun rapport), et on devait faire pareil avec nos propres souvenirs. La prof nous a donné des exemples qui lui étaient arrivés à elle : elle a appelé son dentiste
Madame, elle a pris le caddie de quelqu'un d'autre au supermarché et, en voulant ramener un collègue chez lui, elle ouvre une voiture et se rend compte que ce n'est pas la sienne ! Elle est vraiment grave !"

On remarque ici la pauvreté du langage d'une collégienne de base, l'intérêt inouï des cours de français au collège et, lorsqu'on lit le "chef-d'œuvre" en entier, la morale très fine de l'ado relevée par la prof de philo : "les adultes c'est tous des CONS !!!"

° ° ° ° ° °

Sinon, voici les documents présentés au test de l'école d'architecture.

Le montage :

montage003


Le premier texte (celui que j'ai choisi) :

"Pendant une certaine saison au Texas, à la tombée de la nuit, il y a des troncs d'arbre qui semblent phosphorescents. Ils émettent une vague lumière cristalline. En regardant de plus près, on s'aperçoit que les troncs d'arbre sont entièrement couverts de carapaces abandonnées, qui enveloppaient autrefois le corps de certains insectes. Fait surprenant, ces carapaces sont intactes. Elles ont même forme que lorsque l'intérieur était habité par leur propriétaire d'origine, à une différence près.
L'intérieur est vide et la forme extérieure ressemble à une radiographie qui produit l'effet lumineux. Soudain, on entend un concert de bruits qui provient des feuilles sombres, en haut. C'est le bruit des insectes cachés dans l'arbre sous leur nouvelle forme métaphysique. Le plus étrange, c'est que l'on peut voir les carapaces des insectes s'aggripper à l'arbre, ces carapaces vides, ces formes que la vie a désertées. Tandis que l'on fixe son regard sur ces apparitions, on entend le bruit des insectes sous leur nouvelle forme, cachés dans les arbres."

> John Hejduk
> L'architecture en théorie

Le deuxième (et dernier) texte :

"Mais juste après le pont, l'autoroute s'interrompt, inachevée pour le moment, et je suis dévié dans un quartier paisible des classes moyennes, dévié dans un après-midi de printemps dans le Sud. Des vieux pneus découpés et blanchis à la chaux renferment des fleurs aux couleurs vives, j'aperçois des cabanes biens alignées, propres et droites, aussi dignes et figées que les visages des vieilles femmes des collines. Les rues sont défoncées comme après de petites explosions, constellées de petites taches aux endroits où la terre a filtré à travers l'asphalte, et là où la chaussée fait défaut, où les arbres sont givrés de poussière, de jeunes enfants déhanchés, magnifiquement désœuvrés, étanchent la poussière avec des tuyaux d'arrosage, tandis que leurs parents se reposent tranquillement sous des vérandas affaissées. Ce sont les maisons des hommes qui déblaient la merde au nom du commerce et de l'industrie, ceux-là même qui ont été abandonné par le monde moderne qui jaillit comme de l'ambroisie dans toute la ville. Peut-être est-ce mon romantisme, ma nostalgie pour l'Amérique rurale des petites villes avant qu'elle ne soit contaminée par la télévision qui me fait penser que ça leur est égal.
Et peut-être que Houston se considère uniquement comme une ville."

> James Crumley
> Promenade dans Houston

° ° ° ° ° °

Occupations en cours de physique et d'SVT...

sudoku
[Le premier et unique sudoku niveau difficile que j'ai réussi de ma vie ^^]

Dessins de la Fouine et moi : l'une fait un gribouillis au pif sur la feuille, et l'autre doit en faire un dessin...
Ça donne des choses de ce genre :

dessin01
[(après chirurgie esthétique... je serais elle je porterais plainte^^)]

> Dessin de moi

dessin03 dessin02

> Dessins de La Fouine

dessin04  dessin05

> Dessins de moi

dessin06
[-> tire-bouchon qui a souffert]

> Dessin de La Fouine

dessin07

> Dessins de La Fouine

dessin08

> Dessins de moi

dessin09
[un pôv' type déguisé qui vient de se faire aplatir]

> Dessin de La Fouine

dessin10
[Je crois que la légende est suffisamment claire ^^]

> Dessin de moi

dessin11
[un homme du futur et une mouche qui a bu]

> Dessins de La Fouine

dessin12
[LUCKY LUKE LOUPÉ et extra-terrestre à intelligence supérieure]

> Dessins de moi

dessin13
[huhuhu et même pas mal]

> Dessins de La Fouine

dessin14
[<-cicatrice de ouf et super musculman]

> Dessin de moi

dessin15
[partouze animale et A taaaable !]

> Dessin de La Fouine

dessin16
[pelle qui creuse ta tombe pour quand je t'aurais rasée puis étouffée avec tes cheveux]

> Dessin de moi
> Bien sûr, la légende s'adresse à La Fouine
> Vengeance pour je ne me rappelle plus quoi
> Mais amplement méritée en tout cas ^^
> Ah si, ça me reviens
> Mais c'est pas racontable GRRR >:(

dessin17
[ma tenue pour être présentable dans la tombe]

> Dessin de La Fouine ^^

dessin18
[ver de terre qui a la langue qui brûle]

> Dessins de moi

dessin19
[BUBBLE -> elle a oublié un B, quelle honte !]

> Dessin de La Fouine

dessin20
[REX attend sagement son maître]

> Dessin de moi

Voilà !
Enfin, les autres je ne les ai pas sur moi, je verrais si on me supplie assez pour que je les mette plus tard ^^